Syndicat FO des Instituteurs et Professeurs du Bas-Rhin
Maison des syndicats 1, rue Sédillot 67000 STRASBOURG
Tel : 03.88.35.24.22 ou 03.88.09.42.79 snudi.fo67@orange.fr


CTM du 21 juin : notre compte-rendu !
Publié; le 22 juin 2017 | snudi FO 67

La FNEC FP-FO a fait une déclaration générale et interrogé le ministère sur les mesures canicule qui pour être de bon sens, ne sont pas applicables ou appliquées dans toute une série d’endroits (voir les deux déclarations publiées dans le compte-rendu ci-contre).

Pour FO le ministère, voire le gouvernement doit prendre ses responsabilités afin que les mesures soient effectivement prises sans se décharger sur les « acteurs locaux », dont les directeurs d’école, et que le cas échéant on procède à la fermeture des écoles s’il n’y a pas d’autre solution pour assurer la sécurité des élèves.

La FSU s’est positionnée en défense des mesures Vallaud Belkacem PPCR (y compris sur l’évaluation) et a évoqué une « rupture de confiance » avec le ministre.

L’UNSA a insisté sur le dialogue social et demandé la multiplication de groupes de travail du CTM pour organiser la concertation et permettre aux personnels de bien comprendre la politique du ministre.

La CFDT s’est positionnée en défense de la refondation (rythmes, collège) et a affirmé qu’il n’y avait pas assez de dialogue social, dénonçant le fait que les textes aient été pris « sans concertation ».

La CGT a affirmé son opposition au projet de loi travail en cours d’élaboration ainsi qu’à d’autres mesures, et exprimé son opposition à la réforme des rythmes scolaires tout en affirmant que la semaine de 4 jours n’est pas la solution.

Le SNALC-FGAF a apporté son soutien au ministre.

Le ministre dans sa réponse a notamment affirmé que les positions prises par les uns et les autres montraient que la « ligne médiane » suivie sur les rythmes et le collège étaient justifiée.

Concernant le collège il « n’assume pas » le mot détricotage. Il a indiqué qu’il était « tout autant que vous » pour un cadre national mais que cela ne signifiait pas l’uniformité. Il faut trouver un équilibre fin. Il a invité les organisations syndicales à le trouver ensemble avec lui.

L’enseignement professionnel est la deuxième priorité après le primaire.

Sur le scolaire et le périscolaire, il n’y a pas de cloison étanche. Il faut travailler sur le temps et l’espace de l’élève au XXIème siècle. Il faut travailler sur la qualité des PEDT.

Sur les CP dédoublés, il ne veut pas mettre en place des dispositifs artificiels, il ne veut pas d’une bataille de dispositifs (par rapport à plus de maîtres que de classes).

Le dispositif « devoirs faits » est plébiscité par la société française : il fera appel à des acteurs scolaires et périscolaires.

Un climat de confiance, pour l’école de la confiance à tous les niveaux, donc faire confiance aux acteurs locaux.

Suppressions de postes En réponse à notre question le secrétaire général a indiqué que les arbitrages étaient en cours de discussion mais que l’hypothèse de travail est inférieure à 20 000 suppressions pour l’Éducation nationale. Ce qui est une façon de reconnaître qu’il y aura bien des suppressions...

Votes

Décret dérogatoire sur les rythmes scolaires

Pour : FGAF, FSU

Contre : FO, UNSA

Refus de vote : CFDT, CGT

Ce texte est identique à celui déposé au CSE sauf un amendement de l’administration qui indique la prise en compte de la situation des élèves handicapés dans les décisions de dérogation.

Sur les amendements présentés par les organisations syndicales FO a voté contre les amendements UNSA et CFDT qui voulaient subordonner le retour à la semaine de 4 jours à l’adoption d’un PEDT ; et contre la possibilité de mettre en place un dispositif qui assure les 24h « en moyenne » sur l’année scolaire (annualisation) amendement présenté par la FSU sur demande du SNUIPP.

Sur les autres amendements nous avons refusé de prendre part au vote.

cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo