Syndicat FO des Instituteurs et Professeurs du Bas-Rhin
Maison des syndicats 1, rue Sédillot 67000 STRASBOURG
Tel : 03.88.35.24.22 ou 03.88.09.42.79 snudi.fo67@orange.fr


Audience SNUDI-FO/IA-DASEN : une multitude de problèmes soulevés !
Publié; le 29 mai 2018, mis à jour le 31 mai 2018 | snudi FO 67

Le DASEN avait émis le souhait de rencontrer notre organisation il y a quelques semaines pour établir un tour d’horizon dans les écoles bas-rhinoises.

Il n’a pas été déçu. La délégation du SNUDI-FO composée d’Audrey LAGES, Aminatou DIALLO et Yannick LEFEBURE a déroulé les innombrables problèmes rencontrés par les collègues dans les écoles.

Rythmes scolaires : Le scandale de la ville de Strasbourg.

Le SNUDI-FO interpelle le DASEN sur la problématique des rythmes scolaires. Combien de communes vont-elles repasser à 4 jours en septembre 2018 ? Combien de communes restent à 4j et demi ?

IA-DASEN : Le CDEN est une étape importante pour ces changements mais non décisionnaire. Le travail s’opère en amont et il ne restera que quelques unités sur le modèle à 4j et demi.

SNUDI-FO : Nous ne sommes pas étonnés. Une écrasante majorité d’écoles souhaite le retour à 4j et il est urgent de remettre la règle dans le bon sens. Nous sommes dans un système où l’immense majorité déroge à la règle. La position de la ville de Strasbourg est incompréhensible et choquante car les élus ont décidé de balayer d’un revers de manche les avis des conseils d’école. C’est inacceptable pour notre organisation. Les avis des experts que sont les enseignants sont primordiaux. Il serait temps d’écouter ce qu’ils ont à dire sur l’école.

IA-DASEN : Je comprends votre position mais nous ne sommes pas là pour intervenir dans un sens ni dans l’autre.

SNUDI-FO : Nous regrettons cette position car certains DASEN comme dans le Val d’Oise ont repris les avis des conseils d’écoles pour porter les demandes auprès des élus.

IA-DASEN : … De par la loi, deux possibilités s’offrent à nous actuellement : Le décret Hamon/Peillon à 4, 5j et le Décret Blanquer à 4j. En tant que DASEN, je n’ai pas à prendre position pour l’une ou l’autre.

SNUDI-FO : c’est pour cette raison que nous contestons fortement la position de la ville de Strasbourg qui veut faire croire à la population qu’un autre modèle éducatif est possible. Il n’en est rien ! Nous qualifions cette attitude comme étant de la malhonnêteté intellectuelle pour justifier le non respect des décisions des conseils d’écoles. La ville de Mulhouse vient de décider de repasser à une semaine de 4jours, la ville de Strasbourg doit entendre et respecter les décisions des experts du terrain ! C’est une urgence.

Situation en personnels : INEAT/EXEAT, disponibilités

SNUDI-FO : Quelles sont les perspectives en nombre de personnels pour la rentrée. Incidence sur la politique départementale pour les INEAT/EXEAT et demandes de disponibilités ?

IA-DASEN : Il est encore un peu trop tôt pour répondre. Nous ferons un point lors de la CAPD du 14 juin. Toutes les demandes de disponibilité ont été accordées à ce jour. La gestion des entrants et des sortants se fera à l’unité près jusqu’au GT du 23 août. Après, seules les situations d’urgence pourront être examinées.

SNUDI-FO : Y aura-t-il un peu de souplesse pour procéder à des échanges entre départements hors procédure au sein de la Grande Région ?

IA-DASEN : Si l’opération reste blanche en personnels, pourquoi pas. Nous allons étudier la question.

CAPD avancement de grades HC et Classe exceptionnelle

SNUDI-FO : Vous avez décidé de repousser la CAPD Hors Classe et Classe exceptionnelle. Quand les avis des IEN seront posés et lisibles sur IProf ? Quel est le contingent pour la HC ? Le texte prévoit que les collègues puissent se tourner vers les IEN pour demander un éclairage sur leur avis voir le contester ? Il faut donner cette possibilité à tous et publier très rapidement les avis qui ne seront pas revus dans le temps. Ceci est d’une extrême importance.

IA-DASEN : Nous n’avons toujours pas de contingent de la part du Ministère. Les avis des IEN ont été saisis mais ils ne sont pas encore lisibles par les collègues. La campagne 2018 ne concernera que les collègues ayant dépassé le 3ème rendez-vous de carrière et seront classés par le nouveau barème.

SNUDI-FO : Pour la campagne HC 2019, comment allez-vous procéder pour promouvoir des collègues à la fois issus du 3ème rendez-vous de carrière et ceux qui l’ont dépassé et qui auront un barème ?

IA-DASEN : pour cette campagne, tous les candidats éligibles à la HC le seront par le barème. Seul le barème sera pris en compte.

CAFIPEMF : Les rumeurs du Master 2

SNUDI-FO : Nous avons de curieux retours de la part de collègues candidats au CAFIPEMF. En effet, lors de l’épreuve d’admission, des refus pour l’obtention ont été posés car les candidats n’étaient pas titulaires d’un MASTER 2. Argument que nous contestons !

IA-DASEN : Nous réfutons cette idée non réglementaire d’ailleurs. 17 collègues ont présenté le CAFIPEMF cette année, 5 ou 6 refus au bout du compte. Jamais ce motif n’a été opposé aux collègues.

SNUDI-FO : Nous répondrons en ces termes à nos collègues qui nous ont alertés.

RASED : Frais de déplacements et de repas.

SNUDI-FO : De nombreux collègues dans les RASED nous font part de leur désarroi pour connaître les conditions de prise en charge financière des repas. L’absence de note de cadrage n’aide d’ailleurs pas pour solliciter des remboursements. Sans parler de la plateforme Chorus DT, véritable usine à gaz qui repousse toute velléité de prise en charge.

IA-DASEN : La notion de commune de rattachement et de commune limitrophe est importante. Il faut sortir de ces zones pour prétendre à un remboursement de frais de déplacement. Quant aux repas, les circuits que peuvent faire ces collègues doivent évidemment comprendre la pause méridienne. Une circulaire académique existe.

SNUDI-FO : Il est nécessaire de la diffuser aux personnels dans ce cas. L’information est minimale pour le moment ce qui n’est pas acceptable. Vous demandez, semble-t-il, une attestation d’assurance complémentaire à ces personnels qui utilisent leur véhicule privé à des fins professionnelles.

IA-DASEN : Il ne faut pas le voir comme cela. Nous nous assurons que les véhicules soient bien assurés, c’est tout. Comme ils peuvent prétendre à des remboursements, la moindre des choses, c’est que les véhicules soient assurés. Ce n’est absolument pas une assurance complémentaire spécifique.

Demandes d’autorisations d’absences : des encodages erronés.

SNUDI-FO : Certains collègues ont demandé des autorisations d’absence pour examen médical et voient leur demande revenir sous la forme d’un arrêté d’octroi de congé maladie. C’est une erreur administrative importante qu’il faut rectifier.

IA-DASEN : Effectivement, si tel est le cas, nous nous devons de rectifier. Ceci dit, la circulaire de 2017 sur l’amélioration du remplacement vient préciser les choses en termes d’autorisation d’absence. Toutes les demandes d’autorisation d’absence sont visées par l’échelon départemental et seules les situations médicales importantes donnent lieu à des autorisations d’absence avec traitement. Les examens médicaux pour convenance personnelle font l’objet d’une retenue sur salaire qui a pour conséquence la perte d’un 1/30 d’AGS à chaque fois.

SNUDI-FO : Il existe de profondes différences. Il apparaît que les collègues qui demandent une autorisation d’absence pour un rendez-vous à la médecine de prévention gardent leur traitement alors que ceux qui prennent des rendez-vous en libéral ont une retenue sur traitement.

IA-DASEN : il suffit que les collègues nous précisent le caractère important ou urgent de la consultation pour que ces demandes soient acceptées avec traitement.

SNUDI-FO : C’est la moindre des choses. Nous vous appelons à respecter l’esprit de la circulaire dont vous faites une analyse que nous contestons. Elle fait référence à une surveillance annuelle des collègues pour leur santé qui n’existe en rien ! Ils sont donc dans l’obligation de consulter en libéral et sont dans l’immense majorité soumis aux exigences du planning des médecins.

Inclusion scolaire systématique : des conditions de travail fortement dégradées

SNUDI-FO : Nous souhaitons vous alerter sur de nombreux retours dont nous disposons, de collègues qui rencontrent des difficultés lors des inclusions dans leurs classes. Le SNUDI-FO ne conteste pas la place des élèves porteurs de handicap à l’école mais regrette le manque de moyens mis à disposition des enseignants pour que cet accueil se fasse dans de bonnes conditions pour tous : élèves, familles et enseignants. Les enseignants expriment un besoin de soutien et de formation car leurs conditions de travail sont particulièrement difficiles : élèves violents, enseignants agressés verbalement ou physiquement. Plus généralement, ils déplorent ne pas avoir les outils pour aider au mieux ces enfants.

IA-DASEN : Je tiens tout d’abord à rappeler que j’ai toute conscience de l’engagement des équipes enseignantes sur le terrain. Je sais qu’ils ne lâchent pas prise. Dès la mi-juin, nous atteindrons la régularisation totale de toutes les situations d’accompagnement d’AVS et nous les assumerons à la rentrée prochaine. Il est à noter que nous avons commencé l’année avec 400 AVS manquants. Nous sommes conscients de la nécessité d’accompagner les enseignants. L’ARS prévoit d’ailleurs de débloquer une équipe mobile pour accompagner les enseignants. Celle-ci pourra intervenir dans les écoles en difficulté. De notre côté, nous allons mettre en place deux mesures dès la rentrée prochaine :
- Un accès aux formations auprès de l’IEN ASH amélioré
- La mise en place d’une structure de trois personnes qui se déplaceraient rapidement dans les écoles pour venir en aide aux équipes enseignantes : gestion de la situation de crise, rétablissement des liens avec les familles, …

SNUDI-FO : Il est primordial de proposer des formations aux enseignants mais l’administration a l’obligation de protéger ses agents. Aujourd’hui, ce n’est pas toujours le cas.

Arrêtés ministériels sur le travail : des situations à examiner de près.

SNUDI-FO : Cela fait deux ans que certains collègues attendent la publication des textes de référence pour télétravailler, notamment des directeurs d’école en situation de soutien de famille. La mise en application de la loi permet désormais cette forme de travail.

Le SNUDI-FO reste très prudent sur cette nouvelle façon de travailler mais elle reste très intéressante pour certains collègues qui le demandent. Quelles suites allez-vous réserver à ces demandes ?

IA-DASEN : Nous restons extrêmement prudents pour accorder des temps partiels pour certaines fonctions. Ceci dit, ces demandes ne sont pas des demandes de travail à temps partiel et seront examinées au cas par cas.

SNUDI-FO : Nous restons très attachés au respect de la loi et cette loi dit clairement qu’aucune fonction (directeur, ZIL, RASED…) ne peut être écartée du droit social ! Nous y veillerons tout particulièrement puisque vous l’évoquez !

Classes dédoublées : un dispositif qui dégrade les conditions de travail de nos collègues

SNUDI-FO : les collègues font les frais de certains choix du gouvernement et en particulier à cause des classes dédoublées. Des écoles strasbourgeoises n’ont pas les locaux pour faire face à cette politique de dédoublement. Résultat : des collègues sont dans l’obligation de faire classe à 2 dans le même espace et souvent dans des locaux qui ne sont pas destinés à être des salles de classe à l’origine. C’est inacceptable !

IA-DASEN : nous faisons avec les moyens dont nous disposons dans le cadre réglementaire qui nous est imposé.

SNUDI-FO : lorsqu’une politique est décidée, les moyens doivent suivre sinon vous êtes à la merci des choix budgétaires des communes. Nous le contestons fermement car ces choix conduisent à la dégradation des conditions d’exercice dans les écoles. Faisons confiance un peu plus aux équipes pédagogiques pour trouver d’autres solutions.

cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo