Syndicat FO des Instituteurs et Professeurs du Bas-Rhin
Maison des syndicats 1, rue Sédillot 67000 STRASBOURG
Tel : 03.88.35.24.22 snudi.fo67@orange.fr


CTSD du 6 juin : le SNUDI-FO vote CONTRE le fond et la forme !
Publié; le 6 juin 2019, mis à jour le 7 juin 2019 | snudi FO 67

Le SNUDI-FO siégeait lors du CTSD du jour qui examinait les propositions de mesures d’ajustement pour la prochaine rentrée scolaire. Retrouvez notre déclaration liminaire ci-dessous :

PDF - 114.5 ko
Déclaration FO

A l’issue des débats, FO a voté contre au regard du nombre de postes bien inférieurs aux réels besoins dans les écoles du département mais également contre la méthode qui vise à ne plus réunir d’instance paritaire au moment de la rentrée. Inacceptable !

Résultats des votes :

CONTRE : 6 ( 3 FSU,1 FO et 2 UNSA )

ABSTENTION : 4 (1 CFDT, 1 SNALC et 2 UNSA !!)

Récapitulatif des mesures pour la rentrée 2019 :

PDF - 107.3 ko
Mesures Ecoles maternelles
PDF - 107.5 ko
Mesures Ecoles élémentaires
PDF - 107.1 ko
Mesures Ecoles primaires 2019
PDF - 103.8 ko
Mesures Ecoles en RPI

Le SNUDI-FO siégeait aujourd’hui au CTSD d’ajustement des mesures de carte scolaire prononcées en février 2019 pour la prochaine rentrée.

Ces opérations de cartes scolaires nous ont été proposées par la DASEN et la logique était des plus simples : après avoir fermé nombre de classes en février, l’administration a rouvert les classes qui franchissent nettement les seuils et veut maintenant nous faire croire à sa générosité. Le SNUDI-FO condamne une telle méthode ! Ces postes n’auraient jamais dû être fermés en février !

Mais la tâche aura été ardue pour défendre comme il se doit les écoles encore en balancement car l’administration a été claire : Les situations d’écoles qui sont à -1 et +1 du seuil seront étudiées fin août, juste avant la rentrée. Mme Bazzo se dit prudente, le SNUDI-FO ne partage pas ces positions car ce fonctionnement génère beaucoup trop de stress auprès des équipes enseignantes.

Plus d’explications sur cette procédure :

Le surnombre

Lorsque le CTSD se réunissait encore à la rentrée, les chiffres des écoles étaient étudiés et il était possible d’ouvrir des classes si besoin Aujourd’hui, l’administration a fait le choix de ne plus réunir de CTSD à la rentrée. L’administration donne tous ses postes en juin MAIS attend que tous les PE soient affectés sur des postes et s’il reste des personnes sans postes, alors celles-ci sont envoyées « en surnombre » dans des écoles. Fin août, les IEN se réunissent et cherchent quelles écoles ont un besoin et envoient un enseignant en surnombre dans ces écoles. Mais attention, ce ne sont pas des réouvertures ! Ce n’est qu’une mesure provisoire pour un an et ensuite l’école perd à nouveau le surnombre et retourne au nombre de classes initial ! Ce ne sont pas des postes pérennes et FO le déplore. Si les effectifs sont là, il faut implanter des classes !

Le SNUDI-FO a demandé à l’IENA combien d’écoles étaient concernées cette année : 7.5 ETP (équivalent temps plein) ont été attribués à la rentrée 2018 et 5 ont été reconduits pour l’an prochain.

Le SNUDI-FO a rappelé que ces méthodes sont inacceptables ! Quand il y a besoin d’une classe, il faut implanter un poste ! Dans certaines écoles, le directeur s’est vu attribuer un surnombre qui emmenait son école à 10 classes mais comme ce surnombre n’est pas un vrai poste, le directeur a dû assumer la charge de travail sans avoir droit à la décharge afférente !

Transformations monolingue en bilingue

De plus, l’administration a décidé juste avant le mouvement de transformer 6 postes monolingues en bilingues et a décidé cela en dehors du CTSD mais cela a eu des conséquences : certains collègues ont perdu leur poste en monolingue et ont dû participer au mouvement ! L’administration les a contactés peu avant le mouvement pour les informer de leur perte de poste. Le SNUDI-FO regrette que ce genre d’opérations se pratique de manière unilatérale, en dehors des instances paritaires car le dialogue avec les organisations syndicales permettrait d’affiner la justesse des prises de décisions en confrontant les informations dont dispose chacun.

L’IENA reconnait que la situation est parfois un peu floue ! Mais cela est loin d’être suffisant pour le SNUDI-FO car si un collègue n’a pas été prévenu avant le mouvement, il s’agit d’un cruel manque d’équité pour les collègues concernés !

Mesures diverses :

- EP Gustave Stoskopf - STBG 9 - Régularisation d’un poste bilingue dédoublement (surnombre à la rentrée 2018)

- EE la Fontaine à Seltz - WISSEMBOURG - Ouverture d’un poste en monolingue élémentaire

- RPI Kirrberg / Baerendorf/ Postroff - VOSGES DU NORD : la mesure de fermeture annoncée en février d’un poste élémentaire à l’école de Kirrberg pour 2019 sera réalisée, après avis des maires à l’école de Baerendorf

- RPI Alteckendorf / Minversheim - HAG SUD : A la rentrée 2019, l’école primaire d’Ettendorf va intégrer le RPI Alteckendorf / Minversheim
- Mesure ASH : Dans le cadre de la stratégie nationale pour l’autisme, le département du Bas-Rhin s’est vu doté d’un ETP supplémentaire pour ouvrir une unité d’Enseignement autisme en école élémentaire (UEEA). Le poste a été implanté à l’école Guynemer 1 dans la circonscription de Strasbourg 3.

- Circonscription Strasbourg 4 : Transfert de l’UPE2A implantée à l’école Avenir de Lingolsheim vers l’Ecole du centre

- Circonscription Strasbourg 6 : Transfert d’une des deux UPE2A implantées à l’école EXEN SCHWEITZER vers l’école EXEN PIRE.

- Circonscription Haguenau Nord : RPI Preuschdorf / Oberdorf Sparbach / Dieffenbach-les-Woerth sera effective à l’école Dieffenbach-les-Woerth à la demande conjointe des maires.

- Circonscription Vosges du Nord : Des travaux ayant lieu à l’école de Ratzwiller, la classe de Ratzwiller sera transférés à l’école de Butten pour un an.

- Ouverture d’une ULIS à l’école primaire Gustave Steinheil de Rothau.

- Le poste de maitre E de l’école St Blaise la Roche est transféré à l’école primaire Gustave Steinheil de Rothau. Augmentation de la décharge de directeur à 0.33.

- Un coordonnateur PIAL a été recruté au 23.04.19 pour travailler sous l’autorité de l’IEN ASH en partenariat avec les responsables des PIALs.

- MDPH : le Bas-Rhin augmente sa contribution à la MDPH en mettant à disposition 0.55 ETP supplémentaire (équivalent temps plein)

Référents missions « mathématiques » :

4.5 postes ont été créés pour ce dispositif. En réponse aux diverses interpellations des organisations syndicales concernant le nombre de postes attribués à des référents mathématiques alors que nous manquons cruellement de moyens dans les écoles, Mme Bazzo, Directrice Académique, a expliqué répondre à la demande ministérielle.

« Il nous a été demandé d’avoir une attention particulière sur les mathématiques car il y aura un plan de formation massif pour les départements qui entrent dans ce processus. »

Le nouveau « Dispositif d’auto-régulation » :

Les élèves ayant un dossier MDPH et une reconnaissance MDPH seront répartis dans les classes correspondant à leur classe d’âge. L’objectif est que tous ces élèves soient inclus dans les classes. Une formation devrait être mise en place pour l’ensemble des écoles faisant partie du dispositif.

Ces élèves suivront le plus de temps possible les projets de la classe et quand ils auront besoin de s’isoler, ils seront repris en classe d’auto-régulation mais très vite, on cherchera des solutions (en lien avec l’ARS) pour qu’il réintègre au plus vite la classe !

Ce projet sera piloté par un superviseur : Mme Morena. C’est un partenariat avec l’ARS qui se passe en REP parce que l’on peut s’appuyer sur les UEEA et les UEMA déjà disponibles à l’élémentaire Guynemer 1 (UEEA) et à la maternelle Ariane Icare (UEMA)

Le SNUDI-FO s’interroge sur la mise en place de ce nouveau dispositif visant à inclure toujours plus les élèves en situation de handicap. Qu’en sera-t-il des conditions d’exercice de nos collègues intégrés dans ce dispositif ?

Pour le SNUDI-FO, il faut que chaque élève ayant une notification MDPH se voit attribué une AVS et à l’heure actuelle, il en manque encore trop dans nos classes !

Mme Bazzo nous informe qu’un vademecum concernant les PIALs est sorti au BO de juin 2019. Un recrutement de 200 AVS serait en cours. Mme Bazzo rappelle qu’il n’y a pas les mêmes besoins pour tous les élèves et annonce la création d’une commission technique pour vérifier que l’affectation des AVS soit pertinente. Mais le SNUDI-FO s’inquiète quant à la composition de ce CT (directeurs ? psychologues ? IEN ? Aucune idée….) et quant aux missions réelles de cette commission : l’objectif ne serait-il pas de diminuer sans cesse les attributions d’AVS en les mutualisant et en leur donnant plusieurs élèves en même temps ? On ne peut que s’en inquiéter car Mme Bazzo a également abordé les avancées concernant les PIALs :

Les PIALs

7 nouveaux PIALs nous ont été présentés sur le département : 3 à Strasbourg, 1 à Bischheim, 1 dans le secteur de Bischwiller, 1 dans le secteur de Sélestat et le dernier à Haguenau. Mme Bazzo a rappelé la volonté de former les collègues AVS et en même temps la volonté du ministre d’avoir des contrats AVS sur des temps de vie : à l’école et en dehors du temps scolaire (sur temps périscolaire, …)

SNUDI-FO : Etant donné que les AVS n’ont pas assez d’heures de travail, la formation hors temps scolaire serait un levier pour augmenter leur quantité de travail et de ce fait leur rémunération. Leur métier serait plus attractif et le recrutement serait meilleur et contribuerait à pallier le manque drastique d’AVS dans l’Education Nationale ! Pour le SNUDI-FO, il est temps de revaloriser le travail des AVS en leur donnant un vrai statut, une formation, des contrats sur 35h incluant de réels temps de formation !

Les cités éducatives : Il y a bien trois quartiers éligibles pour l’obtention de la labellisation par l’Etat sur 80 cités en France : Elsau et Neuhof/Meinau. Mme Bazzo : On est en phase d’avant-projet pour cette « grande alliance fédérative ». On ambitionne d’aller plus loin là où on a déjà beaucoup d’investissement. On est dans une forme de continuité en 3 phases : Phase 1 : valoriser l’existant Phase 2 : voir s’il faut approfondir et aller plus loin Phase 3 : innover

Les alliances éducatives sont larges et guidées par un territoire : le quartier de la politique de la ville. Appuyé sur nos quartiers et nos établissements de fonctionnement. On s’appuie sur les directeurs d’écoles, les PE, les chefs d’établissements.

Revenir à des valeurs républicaines dans des zones compliquées. Ca donnera lieu à un financement interministériel : 5 millions d’€ dégagés sur les 80 futures cités éducatives.

C’est la collectivité territoriale qui dépose le projet même si l’Education Nationale y intègre les éléments pédagogiques.

Le SNUDI-FO s’inquiète tout particulièrement des annonces ministérielles concernant les cités éducatives. En effet, nous avons dit non aux EPSF, nous dirons non aux cités éducatives.

Le SNUDI-FO rappelle que les cités éducatives entrent totalement dans le cadre de l’expérimentation élargie, inscrite dans le projet de la loi Blanquer, et répondent à la logique des EPSF, en particulier en plaçant les écoles et les enseignants sous la tutelle du principal du collège "chef de file pour l’ensemble des établissements relevant de la cité éducative."

cale




SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo