Syndicat FO des Instituteurs et Professeurs du Bas-Rhin
Maison des syndicats 1, rue Sédillot 67000 STRASBOURG
Tel : 03.88.35.24.22 ou 03.88.09.42.79 snudi.fo67@orange.fr


Audience SNUDI-FO/Nicole DREYER, adjointe au Maire de Strasbourg chargée des affaires scolaires
Publié; le 2 octobre 2013, mis à jour le 4 octobre 2013 | snudi FO 67

Audience SNUDI-FO/Nicole DREYER, adjointe au Maire de Strasbourg chargée des affaires scolaires

Une délégation du SNUDI-FO 67 (Christel Hoertz-Riegel, Christel Andolfatto et Yannick Lefébure) a été reçue mercredi 2 octobre 2013 par Nicole Dreyer et Yves Zimmermann –Conseiller technique au cabinet du Maire) pour évoquer notamment les rythmes scolaires et particulièrement l’élaboration du PEDT sur la ville de Strasbourg.

Rythmes scolaires à la rentrée 2014 Le SNUDI-FO rappelle les revendications des collègues qui ne veulent pas des nouveaux rythmes scolaires au regard de la mobilisation massive du 12 février 2013. Nous rejetons ce décret car il est nocif pour tous les acteurs du système éducatif.

Le SNUDI-FO demande où en est la réflexion au niveau de la ville de Strasbourg. Mme Dreyer, explique le processus de réflexion depuis la création d’un comité de pilotage jusqu’aux 15 groupes éducatifs locaux qui vont continuer à se réunir jusqu’au mois de décembre 2013 pour aider le Maire de Strasbourg à prendre une décision sur les futurs rythmes scolaires. Ces groupes éducatifs locaux (GEL) composés d’enseignants et d’IEN désignés par le Recteur vont commencer à se réunir après les élections des représentants de parents d’élèves aux conseils d’école. Le SNUDI-FO s’étonne largement de ces désignations qui n’ont aucun caractère représentatif ! Le SNUDI-FO s’inquiète également de la place des enseignants et des conseils d’école en particulier dans ce processus de réflexion et de décision. A juste titre d’ailleurs car Mme Dreyer confirme que les conseils d’école n’émettront qu’un avis sur les propositions d’activités périscolaires mais en aucun cas sur les rythmes scolaires (jours et horaires). Mme Dreyer va d’ailleurs plus loin en suggérant que la composition des conseils d’école devrait, selon elle, intégrer les différents acteurs des activités. Elle confirme les craintes du SNUDI-FO de voir le périscolaire prendre le pas sur le scolaire (les conseils d’école ne seraient plus paritaires et les enseignants seraient minoritaires).

Le SNUDI-FO tient à rétablir certaines vérités pour ne pas laisser croire aux enseignants qu’ils pourront être acteurs dans la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Le SNUDI-FO s’est toujours inquiété de la main mise des communes sur les rythmes scolaires. Après cette audience, nous confirmons que l’éducation nationale perd ses prérogatives concernant les rythmes scolaires !

Le SNUDI-FO relaie l’inquiétude grandissante de la ville pour trouver des animateurs pour encadrer les activités périscolaires surtout pour des durées inférieures à une heure. La mairie de Strasbourg semble abandonner l’allongement de la pause méridienne pour mettre en place ces activités. Mme Dreyer préférerait que les activités se mettent en place après le temps scolaire et qu’elle durerait au minimum 1h. Mme Dreyer se veut rassurante sur le financement du périscolaire car la ville a déjà prévu sur son budget de fonctionnement 1.6 millions d’euros qui seront reversés entièrement au financement des nouveaux rythmes scolaires.

Le SNUDI-FO rappelle sa totale opposition à la mise en place des rythmes car le décret de février va engendrer une véritable fracture scolaire sur le territoire entre les propositions d’activités en milieu urbain où le vivier d’animateurs existe et le milieu rural où il sera très difficile de proposer des activités après le temps scolaire ! Le SNUDI-FO qui n’est pas opposé au changement quand il va dans le bon sens n’accepte pas cette différence de traitement sur le territoire… Le SNUDI-FO rappelle aussi que, dans cette contre réforme, les enseignants verront leurs conditions de travail se dégrader et qu’aucune compensation financière ou autre n’est envisagée.

Le SNUDI-FO rapporte le mécontentement généralisé des écoles à propos du problème du remplacement des ATSEM dans les écoles maternelles de la ville de Strasbourg. Mme Dreyer reconnaît un taux d’absentéisme très important (18%) mais rappelle qu’à chaque fois qu’une ouverture de classe a été prononcée dans le département, le conseil CUS suivant a créé un poste dans les écoles concernées ! Le contingent d’ATSEM « volantes » est important d’après Mme Dreyer mais reste très insuffisant d’après le SNUDI-FO au regard des innombrables problèmes dus à ces absences. Le problème reste entier… Face au refus d’accomplir certaines tâches par les ATSEM, le SNUDI-FO saisit à nouveau la ville pour régler ces inutiles problèmes. Le service éducation de la ville qui n’avait pas daigné répondre à nos courriers nous explique qu’aucune raison valable n’explique ce genre d’attitude. La référence à la nouvelle convention des ATSEM stipule explicitement que les ATSEM peuvent prendre en charge les enfants pour soigner les « bobos » quotidiens et qu’elles peuvent participer également à la phase d’accueil des élèves si celle-ci a fait l’objet d’un accord au sein de l’équipe éducative ! Une réunion avec tous les directeurs de Strasbourg et les Atsems est d’ailleurs prévue par la ville pour présenter cette nouvelle charte. A bon entendeur…

Le SNUDI-FO soulève une fois de plus le problème du parc informatique obsolète dans les écoles maternelles de la ville. Le SNUDI-FO annonce que ni les enseignants ni les enfants ne peuvent travailler sur ces ordinateurs. Mme Dreyer reconnaît qu’on ne peut plus continuer ainsi et annonce que les changements de matériel vont débuter dès janvier 2014 dans ces écoles. Nous faisons également part de notre incompréhension totale concernant l’impossibilité de se connecter à internet par wifi dans l’ensemble des écoles de Strasbourg. Mme Dreyer rejoint le SNUDI-FO sur ce point, faisant part de la forte pression des parents (au sujet des ondes émises) sur le Maire sur ce point précis. Le SNUDI-FO rappelle tout de même que les écoles sont toutes entourées de spot wifi publics des fournisseurs d’accès à internet et qu’il faut, bien souvent, faire la chasse aux parents au sein même des écoles utilisant sans gêne leurs téléphones portables. Il y a là, une incohérence de comportement qu’il faudra bien aborder à un moment ou à un autre. Le Recteur appelle à une école numérique généralisée, les enseignants ne peuvent même pas se connecter à internet !

cale




Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
L’inclusion scolaire condamne l’enseignement spécialisé à la disparition !
Création des Indemnités de missions particulières : pour le SNUDI-FO, c’est toujours NON !
Rythmes scolaires : rapport de la Sénatrice Cartron !
Création du corps unique de psychologues scolaires : un marché de dupes !
Journées de refondation de l’école : aveuglement et obstination !
Direction d’école : le SNUDI-FO n’acceptera ni charte ni protocole !
Postes en EREA : alerte générale !
"La loi de refondation de l’école clouée au pilori !"
Lourdes menaces sur les SEGPA
Rapport sur l’avenir des circonscriptions du 1er degré
Le Conseil Supérieur de l’Education rejette le projet de programmes de la Ministre !
Rythmes scolaires : compte-rendu de l’audience
Décret relatif aux fonctions de maître formateur et de conseiller pédagogique : c’est NON pour Force Ouvrière
Rythmes scolaires : le dossier n’est pas clos !
Projet de circulaire CLIS-ULIS
Rythmes scolaires : le massacre doit cesser, le SNUDI-FO s’adresse directement à la Ministre !
Réforme du collège : une pétition à signer et une nouvelle journée nationale d’actions
Projet de circulaire des SEGPA : les craintes se confirment !
Assises de l’Education : qui veut détruire l’Ecole remplace les personnels statutaires par des "partenaires"
Rythmes scolaires : les municipalités modifient les horaires unilatéralement, merci messieurs Peillon et Hamon !
1 | 2 | 3 | 4 | 5 |>
SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo